Saltar al contenido

Combien de fois un sac plastique doit-il être réutilisé ?

bolsas de plastico

Le sac plastique alimentaire en polyéthylène ne peut pas être fabriqué à partir de fécule de pomme de terre ou de tout autre bioplastique, mais il est toujours fabriqué à partir d’un polymère obtenu à partir du pétrole.

La principale nouveauté est que ce sac est plus résistant. Concrètement, il est conforme à la norme UNE 53942 (développée par l’AENOR, avec le soutien de l’industrie plastique), qui établit une série de critères techniques pour garantir qu’il peut être réutilisé au minimum 15 fois.

Le sac a d’autres vertus environnementales. Comme l’explique Enrique Gallego, directeur général de l’Association espagnole des industries plastiques (ANAIP), cette norme exige l’utilisation d’un minimum de 15% de polyéthylène recyclé, fixe des limites à la consommation d’énergie(1) et aux émissions de gaz à effet de serre(2), et établit des exigences environnementales pour les colorants utilisés. Cependant, le plus important est qu’il s’agit d’un sac d’une taille et d’une épaisseur plus importantes que d’habitude(3). “Cela permet de réduire l’utilisation des sacs en plastique parce qu’ils ont une plus grande capacité et parce qu’ils peuvent être réutilisés au minimum 15 fois”, souligne le directeur de l’ANAIP, qui insiste sur le fait que la norme exige que ces sacs subissent des tests de résistance pour garantir au moins ces 15 utilisations sans se déchirer.

Ces particularités rendent-elles ce sac plastique “écologique” ou “durable” ?

La vérité est que leur impact sur l’environnement ne dépendra pas tant du sac lui-même que de l’usage qu’ils en font. Et le fait d’être conçu pour être réutilisé au moins 15 fois ne signifie pas que cela sera réalisé. En fait, le fait que ce sac soit plus grand et plus épais signifie qu’il aura eu un impact plus important sur sa fabrication, car il aura fallu plus de matière première et plus d’énergie pour le transformer (étant donné qu’il pèsera environ 43 grammes au lieu des 7 grammes d’un usage unique). Combien de fois devra-t-il être réutilisé au moins pour compenser sa résistance accrue ? Eh bien, selon l’étude d’analyse du cycle de vie d’un sac de supermarché réutilisable menée par le groupe de recherche sur la gestion de l’environnement (GIGA) de l’université Pompeu Fabra, la réponse est : 10.

Ce travail de recherche commandé par Cicloplast (une entreprise qui intègre des entreprises de plastique) a beaucoup à voir avec le sac standard UNE 53942, puisqu’il a été utilisé précisément comme référence pour connaître le nombre minimum d’utilisations auxquelles il doit résister afin de compenser sa fabrication. “La norme augmente le nombre d’utilisations de 10 à 15 afin de lever les incertitudes éventuelles”, explique Cristina Gazulla, chercheuse au GIGA.

Cette étude compare l’impact tout au long de son cycle de vie de différents types de sacs utilisés sur une année : polyéthylène haute densité à usage unique, polyéthylène basse densité à usage multiple, polypropylène réutilisable, papier recyclé ou Mater-Bi biodégradable. “La conclusion est que le nombre de fois où le sac est réutilisé est plus important que le matériau lui-même”, souligne la chercheuse, expliquant que le sac qui l’emporte dans son analyse est le PEBD : celui qui est réutilisé au moins 10 fois (ce qui est difficile à faire avec d’autres de moins bonne qualité). “Le sac biodégradable n’a pas un impact beaucoup moins important sur sa fabrication, comme on le croit, car les cultures ont également des effets négatifs et, de plus, il est mélangé avec du plastique”, souligne-t-elle.

L’aspect écologique ne serait donc pas tant dans le sac, mais dans le comportement des citoyens.

Quelque chose de similaire se produit lorsque ce produit en plastique devient un déchet. Outre le fait qu’ils peuvent être utilisés comme sac poubelle (en remplacement d’un sac qui, autrement, devrait être utilisé), ces conteneurs sont également recyclables. Mais, encore une fois, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils seront mis dans la poubelle jaune à la fin de leur vie afin qu’ils puissent être recyclés : il faut un coup de main pour les y mettre. En fait, tous les sacs plastiques en polyéthylène sont recyclables, ce qui n’est pas le cas des autres sacs en raphia biodégradables ou même plus résistants (qui, selon Ecoembes, ne peuvent pas être recyclés). Tout dépend à nouveau de ce que fait le citoyen. Dans ce cas, la question est la suivante : ce plastique recyclé sert-il à refaire de nouveaux sacs comme ceux-ci ?

La norme UNE 53942 exige que ces sacs utilisent au moins 15% de polyéthylène recyclé, ce qui montrerait qu’il est possible de boucler le cercle du recyclage pour réduire réellement l’utilisation de matières premières. Cependant, dans la pratique, cela ne se produit pas. Comme le dit David Rejón, directeur technique de l’entreprise valencienne Picda, fabricant des sacs Decathlon, “le polyéthylène recyclé que nous utilisons est généralement industriel, à partir des chutes qui restent lors de la fabrication des poignées des sacs”. “Les granulés recyclés qui sont prélevés sur le consommateur peuvent être utilisés, mais pas pour faire des sacs blancs”, dit ce technicien, “aujourd’hui, on s’en sert plus pour faire des sacs poubelles, c’est une question d’esthétique”.

Alors pourquoi ce nouveau sac est-il appelé “écologique” ou “durable” ? Paradoxalement, bien que toute une série d’exigences techniques doivent être satisfaites pour que le petit sceau de la norme UNE 53942 puisse être imprimé sur un coin du sac, il n’existe aucun contrôle permettant de mettre “écologique” ou “durable” en gros caractères.

La meilleure réponse est donnée par un autre fabricant de sacs, Plásticos Romero, à Murcie : “Ce qui est certifié, c’est le sceau, mais dans la publicité du sac, chacun met celui qu’il veut, comme s’il disait qu’il vient de l’espace”.

“Ce sac est un pas en avant, mais il n’est pas écologique”, assure Julio Barea, de Greenpeace. “Le plus écologique est d’utiliser un caddie ou un sac en tissu”, affirme cet écologiste, qui critique le fait que le projet de loi sur les déchets actuellement en discussion au Congrès n’interdira pas les sacs à usage unique en 2018.